Studenten

C’est un des moments les plus importants de la vie des jeunes suédois : quand ils quittent le lycée, après 3 ans d’études. Et ça se fête dans la rue !

« Bac »

En fait, on ne peut pas vraiment parler de baccalauréat, mais c’est la « meilleure » traduction. En effet, le « studentexamen » (= baccalauréat), avec épreuves en fin d’année, a été supprimé en Suède en 1968. Désormais tous les lycéens prennent le « studenten ». Peu importe si on n’a pas la moyenne (« godkänd ») dans toutes les matières, on peut toujours améliorer ses notes en allant à Komvux. (Le redoublage n’est pas du tout courant en Suède.)

Le « studenten », c’est surtout la célébration la fin du lycée.

Le bal des étudiants

Ou « studentbalen ». Il est organisé par le lycée quelques jours avant la sortie. C’est à ce moment-là que les garçons revêtent leurs smokings et les filles leurs robes de soirée. (L’achat de la robe de soirée est presque aussi important que le « studenten » ! 😉 ). Il s’agit d’être sur son trente-et-un et de bien se comporter. On peut même être amené à apprendre à valser avant le bal. 😉

La dernière journée au lycée

Petit déjeuner … au champagne 😉 : c’est comme ça que les lycéens, désormais étudiants, ont l’habitude de commencer leur dernière journée au lycée. Ensuite, au lycée, il y a un concert, puis des bourses et des prix sont distribués, et le tout s’achève par « studentsången », bien sûr (la chanson des étudiants) !

Pendant ce temps, les parents, qui ont pris congé ce jour-là, préparent un buffet pour accueillir la famille qui va venir, un peu plus tard dans la journée, féliciter le/la nouvel/le étudiant/e. Les parents et les frères et sœurs vont ensuite le/la chercher au lycée, armés d’une pancarte avec une photo de la vedette de la journée quand il/elle était petit/e, voire bébé, et portant des bouquets de fleurs ornés d’un ruban bleu et jaune, pour pouvoir les accrocher autour du cou. C’est aussi l’occasion de faire des cadeaux d’une valeur plus ou moins élevée (montres, bijoux etc.)

Le défilé dans les rues

Ensuite, il est de tradition de montrer sa joie de quitter le lycée en défilant dans les rues. Non pas à pied, mais le plus souvent sur la plate-forme d’un camion. Ces camions sont décorés de branches de bouleau, de ballons bleus et jaunes et de banderoles portant les noms des étudiants qui sont sur la plate-forme ainsi que la classe à laquelle ils appartiennent. Et ça met la musique à fond, et ça chante, et ça crie, et ça boie (de la bière), et ça danse, et ça fait signe aux passants !… C’est l’euphorie totale. Et elle est contagieuse ! 🙂 (J’ai jamais vu de gens pester contre ses camions qui ralentissent la circulation).

Une manière un peu plus luxueuse de défiler est de le faire en voiture décapotable ! 🙂

La sécurité

Quand on défile sur la plate-forme d’un camion, ou « pire » (plus dangereux) dans une remorque tirée par un tracteur, il y a des règles de sécurité à respecter. Interdiction de rouler à plus de 20 km/h (d’où les ralentissements), surtout pour éviter que tout chavire. Il faut construire des barrières pour que les jeunes ne tombent pas sur la route. Il faut aussi d’une manière ou d’une autre pouvoir avertir le chauffeur s’il y avait un problème à l’arrière (bien souvent à l’aide d’une sonnette dans la cabine, fixée à l’arrière par une ficelle).

(Il arrive des accidents chaque année quand même, certains plus tragiques que d’autres, mais je vous passerez les détails).

La tenue vestimentaire

Le jour du défilé, il n’est pas besoin d’être aussi élégant que lors du bal. Ça ne serait pas pratique d’ailleurs. Les garçons se contentent le plus souvent d’un jean et d’un t-shirt, même si quelques-uns se mettent en chemise et veste. Les filles, quand à elles, sont souvent habillées de blanc : pantalon, jupe ou robe.

Mais le plus important, c’est la casquette d’étudiant : une casquette en velours blanc et à visière noire, ornée d’une cocarde bleue et jaune et d’un galon de couleurs différentes en fonction de la filière d’études, et brodée du nom du lycée, voire même de la classe. Cette casquette, les lycéens l’ont reçu au cours d’une cérémonie un peu officielle, fin avril-début mai, aux alentours de la nuit de Walpurgis.

La tradition veut aussi que les copains et copines écrivent des petits mots à l’intérieur des casquettes.

J’aime bien cette tradition du « studenten » moi. Chaque année, je regrette presque de ne pas avoir fait mon lycée en Suède, rien que pouvoir vivre ce moment-là … 🙂

Lämna ett svar

E-postadressen publiceras inte. Obligatoriska fält är märkta *