Le mot de la semaine : « upplopp »

Le mot de cette semaine est évident au vu des événements qui ont récemment secoué les banlieues de Stockholm, événements qui ont été relayés même par la presse étrangère (j’ai surtout lu les articles du Monde).

Lundi matin, j’ai eu un petit choc en lisant dans le journal gratuit Métro (pas dans Dagens Nyheter, le quotidien auquel je suis abonnée et que je lis tous les matins au petit déjeuner) qu’il y avait eu des émeutes la veille au soir à Husby, dans une banlieue au nord-ouest de Stockholm. (Notez que l’article donne déjà en peu de phrases la réputation d’une banlieue à problèmes …) Des incendies de voitures se sont déclarés et quand les pompiers et la police sont arrivés sur les lieux, ils ont été accueillis par des jets de pavés. Il semblerait que ces émeutes furent déclenchées par la mort d’un homme de 68 ans, tué par la police une semaine auparavant. Ces émeutes n’étaient malheureusement pas un cas isolé : elles continuèrent les nuits suivantes, s’intensifièrent et se répandirent à d’autres banlieues autour de Stockholm. Il y a eu une sorte d’effet boule de neige, comme si le mécontentement des uns était contagieux.

Propagation des émeutes
Jeudi matin, une collègue me demande comment ça se passe dans mon nouveau quartier. J’étais étonnée de la question et elle m’explique qu’elle a lu dans le journal Dagens Nyheter que le bureau de police de Rågsved avait brûlé dans la nuit. J’étais doublement étonnée : j’avais lu le même journal le matin même sans voir cette information. Triplement étonnée : je ne savais même pas qu’il y avait un bureau de police à Rågsved !… J’ai quand même pu vérifier ses dires en consultant l’article en ligne. Mais j’étais toujours étonnée : le bureau de police s’avère être situé tout près de la station de métro et je vous jure que je n’avais rien remarqué de bizarre en me rendant au travail ce jour-là.

Cela arrive tellement rarement en Suède que je ne sais vraiment pas quoi croire : est-ce aussi grave que la presse le décrit, ou est-ce que la presse ”grossi” les événements ? Ce qui me pousse à poser cette question, c’est que j’ai plusieurs fois eu l’impression cette semaine que ce que je lisais dans le journal ne correspondait pas à la réalité. Et d’autres voix témoignent de la même chose : les médias décrivent une situation proche de la guerre, les photos de voitures qui brûlent choquent, mais les gens habitant les quartiers parlent de calme normal… ou alors de calme anormal ?

Tout ceci fait bien sûr les choux gras de l’extrême-droite suédoise qui ne se prive pas de critiquer le gouvernement actuel en le traitant d’irresponsable pour vouloir créer une société multiculturelle, car c’est bien sûr la faute des immigrés (toujours le même disque …). Ils voulaient entre autre donner l’autorisation aux policiers d’utliser des méthodes plus violentes, instaurer un couvre-feu (!!!) et renvoyer à la frontière les fauteurs de troubles étrangers. Une solution, à mon avis, complètement absurde puisque ces fauteurs de troubles ont au maximum 25 ans, ce qui veut dire qu’ils sont sûrement nés en Suède, donc immigrés de deuxième génération, et par conséquent certainement citoyens suédois…

Certes, les banlieues touchées par les émeutes sont peuplées en majorité d’immigrés. Certes, une grosse partie de ces immigrés sont au chômage, plus ou moins en marge de la société. Un pourcentage non négligeable de leurs enfants sont en échec scolaire. On ne peut pas nier qu’il règne un certain malaise dans ces quartiers, mais toujours est-il que ces émeutes sont le fruit des quelques individus qui ne sont même pas tous issus de ces quartiers ! Les derniers articles que j’ai lu font état d’une planification bien organisée : on a par exemple trouvé des sacs à dos remplis de pavés placés à des endroits stratégiques en vue d’altercations avec les forces de l’ordre. Sur 12 personnes arrêtées un soir à Husby, la moitié avait déjà auparavant été condamnée pour des ”petits” crimes (drogues, vol, violences) et deux seulement venaient d’Husby.

Avec le recul, on réussit à analyser un peu mieux ce qui s’est déroulé ces derniers jours, mais les raisons sont beaucoup trop nombreuses et complexes pour trouver une solution simple au problème. Et le traitement des informations par la presse ne facilite pas les choses : il y a pas mal de faits et d’arguments contradictoires. Même s’il existe déjà un article Wikipedia sur les émeutes de 2013 à Stockholm, je crois qu’il est encore trop tôt pour pouvoir être sûr de tout ce qui a été affirmé au cours de cette semaine. À vrai dire, j’ai presque envie de remettre en question le mot d’émeute en lui-même. Je ne veux pas dire par là qu’elles n’ont pas eu lieu, mais comparé aux évènements en France ou en Angleterre il y a quelques années, les émeutes de Stockholm ressemblent plutôt à des conflits entre des groupes de jeunes, peu nombreux, et la police.

 

ett upplopp [ète uplope] = une émeute

upploppet [uplopète] = l’émeute

upplopp [uplope] = des émeutes

upploppen [uplopène] = les émeutes

 

ou

 

kravaller [cravalère] = des émeutes

kravallerna [cravalèr(e)na] = les émeutes

 

Et pour rejoindre le thème de la semaine dernière, je vous fais cadeau d’un mot supplémentaire : « kravallpolis », qui équivaut plus ou moins au CRS. Je dis bien « plus ou moins » car les CRS n’existent pas en Suède, et j’espère qu’ils n’existeront jamais. J’ai eu peur quand j’ai lu cette semaine un article qui disait que les policiers suédois ne savent pas comment agir dans ce cas de situation contrairement aux CRS qui sont formés pour ça… La violence engendre la violence, et ce n’est définitivement pas le bon chemin à prendre.

Version suédoise ici

Veckans ord: ”émeutes”

Veckans ord är givet med tanke på händelserna som kyliga skakat om Stockholms förorter så till den grad att till och med den utländska pressen har rapporterat om dem (jag har framför allt läst artiklar från franska Le Monde).

 

I måndags morse fick jag mig en smärre chock när jag läste i Metro (inte i Dagens Nyheter som jag läser varje morgon till frukost) att det hade varit upplopp kvällen innan i Husby, nordväst om Stockholm. Bilar hade satts i brand och när brandkåren och polisen anlände till platsen möttes de av stenkastning. Det sägs att startskottet för upploppen var att en 68-årig dödades av polisen veckan innan. Upploppen var tyvärr inte något engångsföreteelse utan de fortsatte, tilltog i styrka och spred sig runt om i Stockholms utkanten. Det blev någon sorts snöbolleffekt, som om missnöjet smittade av sig.

Så sprider sig upploppen
I torsdags frågade en kollega mig hur det var i mitt nya område. Jag blev förvånad av frågan och hon berättade för mig att hon hade läste i DN att poliskontoret i Rågsved hade brunnit under natten. Jag var dubbelt så mycket förvånad eftersom jag hade läst samma tidningen på morgonen utan att se den här information. Jag var ännu mer förvånad för jag visste inte ens att det fanns ett poliskontor i Rågsved!… På DN:s hemsida kunde jag i alla fall läsa det som min kollega pratade om. Men jag var fortfarande förvånad : poliskontoret visade sig ligga alldeles i närheten av tunnelbanestation och jag svär att jag märkte ingenting när jag gick förbi på morgonen, på väg till jobbet.

Sådant händer så sällan i Sverige att jag vet faktiskt inte vad jag ska tro : är det så allvarligt som pressen beskriver det, eller förstoras det mer än nödvändigt? Jag ställer frågan för att jag fick flera gånger under veckan intrycket att det som stod i tidningen inte stämde med verkligheten. Andra röster vittnar om samma sak : medierna beskriver en krigsliknande situation, bilder på brinnande bilar chockerar, men invånarna i de drabbade kvarter säger om att det är lugnt som vanligt … eller är det onormalt lugnt?

Sverigedemokraterna skor sig förstås på det hela, kan inte låta bli på att kritisera den nuvarande regeringen som oansvariga i dess vilja att skapa ett multikulturellt samhälle, för det är självklart invandrarnas fel (alltid samma visa…) De vill bland annat tillåta polisen att ta till hårdare tag, upprätta utegångsförbud och skicka tillbaka till gränsen alla bråkmakare. Vilket låter helt befängt enligt min mening eftersom dessa bråkmakare är alla under 25 år, det vill säga att de föddes troligen i Sverige, är då andra generationens invandrare och förmodligen svenska medborgare…

Visst finns det en majoritet av invandrare i dessa drabbade förorter. Visst är en stor del av dessa invandrare arbetslösa, mer eller mindre utslagna. En icke betydelselös andel av deras barn misslyckas i skolan. Man kan ju inte förneka att det finns ett viss missnöje i dessa kvarter, men faktum är att upploppen orsakades av några få individer som inte ens alla bodde där! De senaste artiklar som jag läst understryker att allt var mycket väl organiserat: man har till exempel hittat ryggsäckar fylla med gatstenar placerade på strategiska ställen, för att finnas tillgängliga vid eventuella bråk med ordningsmakten. Av 12 personer som arresterades en kväll vid Husby, var hälften redan dömd för ”små” brott (narkotika, rån, våld) och två bara kom från Husby.

Efter hand försöker man analysera lite bättre vad som har hänt dessa senaste dagar, men orsakerna till det hela är för många och för komplexa för att hitta en enkel lösning till problemen. Och det sättet som pressen bearbetat informationen förenklar inte saken: många fakta och argument motsäger varandra. Även om det redan finns en artikel på Wikipedia om upplopen i Stockholm 2013, tror jag att det ännu är för tidigt att ta allt som har sagts under veckan för sanning. Ärligt talat vill jag nästa ifrågasätta ordet ”upplopp” i sig. Med det vill jag inte alls säga att de inte ägt rum, men om man jämför med händelserna i Frankrike eller England, för några år sedan, så liknar upploppen i Stockholm mer bråk mellan ganska få ungdomar och polisen.

 

une/l’émeute = ett upplopp/upploppet

 

För att återknuta till förra veckans teman skulle vilja avsluta med en reflektion kring just polisen som enligt DN inte kan hantera sådana situationer i motsats till de franska ”CRS” = kravallpolis. Jag hoppas innerligt att Sverige aldrig kommer att använda sig att militär styrka för att tysta ner revolter. Våld föder våld, jag tror definitivt inte på den här lösningen.

 

Fransk version här

Le mot de la semaine : « polis »

Mardi dernier, en sortant du travail sur les coups de 17 h, j’arrive au croisement Kungsträdgårdsgatan/Strömgatan/Strömbron et vois qu’une voiture de police s’y arrête en plein milieu. Un policier en sort et stoppe la circulation d’un geste de la main.

La suite se déroule rapidement. En l’espace de quelques minutes (le temps pour moi d’attendre que le feu passe au vert pour les piétons et que je traverse la rue), on voit défiler deux motos de police, une voiture de police, deux voitures noires aux vitres teintées, puis encore une voiture de police fermant le cortège. Le policier regagne sa voiture, démarre et repart, et la circulation reprend. Je remarque alors qu’un hélicoptère de police survole Kungsträdgården.

Voiture de police suédoise

Je savais que John Kerry, le ministre des affaires étrangères américain, était de visite en Suède ce jour-là, mais j’avais entendu qu’il devait repartir plus tôt que ça. J’ai donc consulté le site de la police suédoise qui informait effectivement que la circulation à Stockholm serait quelque peu perturbée dans la journée, l’autre visite éminente de ce 14 mai 2013 étant celle du danois Anders Fogh Rasmussen, secrétaire général de l’OTAN, qui vers 17 h devait se rendre au Grand Hôtel.

J’ai été épatée de l’efficacité et de la simplicité avec lesquelles la police suédoise a momentanément stoppé la circulation. En France, je suis sûre qu’on l’aurait fermée totalement avec une bonne marge de temps avant et après le passage de ce cortège, qui de surcroit aurait été plus long et vraisemblablement retardé. Mais en Suède, on est pragmatique et on ne cherche pas à perturber la circulation — qui plus est aux heures de pointe — plus que nécessaire.

Quand John Kerry se rendait le matin même de l’aéroport Arlanda au centre de Stockholm, cela a créé quelques embouteillages, mais la circulation n’a pas du tout été fermée. La Suède développe rarement tous ses dispositifs de sécurité lors de visites officielles. Quand cela arrive, c’est que les invités eux-mêmes l’ont exigé (par exemple Medvedev ou des personnalités du Moyen et Proche Orient qui, paranoïdes, voient des terroristes partout…)

 

en polis [ène police] = un policier

polisen [policène] = le policier / la police

poliser [policère] = des policiers

poliserna [policèr(e)na] = les policiers

 

« Säkerhetspolisen » [sèkér’hètspolicène] (ou « säpo » [sèpau]), la police de sécurité, est l’équivalent de la DCRI française.

 

Version suédoise ici

Veckans ord : ”police / policier”

I tisdags kväll, när jag kom ut från jobbet runt 17, kom jag fram till korsningen Kungsträdgårdsgatan/Strömgatan/Strömbron och såg att en polisbil stannade mitt i den. En polis steg ur den och stoppade trafiken med en enkel handrörelse.

Det som följer utspelade sig fort. Inom ett par minuter (den tiden det tog för att få grön gubbe och gå över gatan) rullade två polismotorcyklar, en polisbil, två svarta bilar med tonade bilrutor, och en polisbil till som stängde kortegen. Polisen satte sig i sin bil igen, startade den och körde iväg, och så var trafiken åter i gång. Då lägger jag märke till att en polishelikopter svävar i luften ovanför Kungsträdgården.

Svensk polisbil

Jag visste att John Kerry, USA:s utrikesminister, var på besök i Sverige den här dagen, men jag hade hört att han skulle iväg igen tidigare än så. Så jag kollade polisens hemsida som helt riktigt informerade att gator skulle ”spärras av för trafik under den tid eskorten passerar”. Den andra framstående gästen den här 14 maj 2013 var dansken Anders Fogh Rasmussen, Nato:s generalsekreterare, som skulle till Grand Hôtel vid 17-tiden.

Jag var förbluffad över hur den svenska polisen, på ett effektivt och enkelt sätt, stängde tillfälligt av trafiken (för detta kallar jag inte att spärra av). I Frankrike är jag säker på att man skulle verkligen ha spärrat av området en bra tid före och efter att kortegen hade passerat, korteg som dessutom skulle ha varit längre och förmodligen försenad. Men här i Sverige är man pragmatisk och det känns som att man helst inte vill störa rusningstrafiken mer än nödvändigt.

När John Kerry åkte från Arlanda till centrala Stockholm samma morgon blev det trafikstockning, men man stängde inte alls av trafiken. Sverige vidtar sällan exceptionella säkerhetsanordningar vid officiella besök. När det händer är det oftast för att gästerna själva har begärt det (som till exempel Medvedev eller någon höjdare från Mellanöstern som lite paranoid ser terrorister överallt…)

 

la police = polisen

un policier = en polis

 

Fransk version här

La rédac’ du mois : Que mangeons-nous ?

La plume d'hibiscus

Le 15 de chaque mois, à midi pile, des Rédac’Blogueurs écrivent de concert sur le même sujet. Ce mois ci le thème est ”Que mangeons nous ?» et ceux qui s’y collent sont : Leviacarmina, Agnès et Denis. Allez également visiter leur blog et n’hésitez pas à laisser des commentaires.

Les derniers scandales dans l’industrie alimentaire peuvent en effet amener à se poser la question : de la viande de cheval dans les plats surgelés, de la viande de porc dans les kebabs, ou même des tartes à la viande végétarienne (ma préférée !).

Dans l’absolu, cela ne me pose de problème de manger de la viande de cheval, mais j’apprécie de savoir ce que j’ingurgite. Si l’emballage déclare de la viande de bœuf, il est normal de s’attendre à retrouver de la viande de bœuf dans son assiette. Si cela n’est pas le cas, il y a clairement tromperie sur la marchandise, et ce n’est jamais bon pour créer une relation de confiance entre le producteur et le consommateur. Et je ne parle pas des gens qui, par conviction religieuse ou autre, excluent de leur alimentation telle ou telle viande, choix que l’on se doit de respecter.

On peut se demander comment on en est arrivé là. Mais je dois avouer que je ne suis pas vraiment étonnée de l’évolution des choses. À toujours vouloir presser les prix vers le bas au maximum, on ne peut pas s’attendre à un suivi de qualité qui soit à la hauteur. Des prix bas sous-entendent qu’on fasse des économies quelque part dans la chaîne de production et dans ces cas-là, on a choisi de ne pas contrôler la provenance de la viande.

J’ai toujours été sceptique envers les produits très bon marché, qu’il s’agisse de nourriture, de vêtements, de meubles ou même de billets d’avion. Si c’est presque gratuit, pour moi, c’est louche. Quelque part, il y a quelqu’un qui en paye malgré tout le prix, et c’est souvent la qualité et/ou la securité qui en pâtit.

Personnellement, je ne me suis pas vraiment sentie concernée par le scandale de la viande de cheval dans les plats surgelés, car je ne consomme pas ces produits-là. D’un côté, on pourrait dire que c’est la faute du consommateur qui veut des repas tout prêts pour pas cher. Ceux qui veulent vraiment savoir ce qu’ils ont dans leur assiette cuisinent leurs lasagnes eux-même, en achetant les ingrédients de base. Mais même là, on ne peut pas toujours être sûr de la qualité des aliments. Des filets de porcs ont par exemple été vendus en Suède comme des filets de bœufs après qu’on y ait rajouté un colorant… Donc on ne peut pas toujours faire confiance à 100 % aux produits basiques.

Mais à y réfléchir, il faut quand même avouer que c’est aussi (et peut-être surtout) la faute du producteur, de l’industrie alimentaire. Car si les consommateurs choisissent la solution de facilité en achetant des plats tout prêts, ce n’est pas une raison pour les tromper. Et c’est là où je trouve qu’on arrive sur un pente dangereuse : parce que les consommateurs sont paresseux (ou pressés) et veulent dépenser le moins possible, ce serait la porte ouverte à la fraude ? Ce n’est pas un comportement éthique, je trouve. Mais l’éthique a rarement sa place quand il s’agit de faire de l’argent …

Ça m’attriste toujours de voir que des gens perdent la fierté de leur profession pour la seule raison de faire du gain. Je pense par exemple aux éleveurs de bétail qui parfois finissent par ne plus voir les animaux, mais seulement de la viande sur pattes, et au bout du compte, un chiffre d’affaire. Ils ne s’occupent plus des bêtes, ils se moquent totalement de leur bien-être. Comment peut-on être fier de sa profession quand on perd ces perspectives-là ? Mais c’est malheureusement ce qui se passe dans l’industrie alimentaire aussi : le client n’est plus le premier intérêt, et on est prêt à le tromper pour gagner encore plus d’argent. Ce qui peut sembler paradoxal, puisqu’une fois le pot aux roses découvert, le risque de perdre des clients, et par conséquent de l’argent, est imminent.

Pour conclure, j’estime que l’industrie alimentaire a une grosse part de responsabilité dans ces scandales, plus importante que celles des consommateurs. Il n’est pas seulement question de confiance et de qualité, il y a aussi l’aspect sanitaire. Car si le suivi de la provenance de la viande flanche, on peut aussi se poser des questions quant au suivi des règles de sécurité… Et dans ce domaine-là, je comprends que le consommateur se sente plus ou moins impuissant. La seule arme avec laquelle le consommateur peut contre-attaquer est celle de ne justement pas consommer. Mais pour cela, il faut que ce genre de fraude soit révélé. Le consommateur a un certain pouvoir, mais il n’est pas omnipotent et j’ai malheureusement l’impression que le monde des finances gagne toujours au final, malgré des pertes temporaires, qui ne sont sûrement que des gouttes d’eau dans l’océan …

La photo du mois : L’eau

Chaque mois, les blogueurs qui participent à la Photo du mois publient une photo en fonction d’un thème. Toutes les photos sont publiées sur les blogs respectifs des participants, le 15 de chaque mois, à midi, heure de Paris.

Pour le mois de mai, magda627 (dont j’aime beaucoup les compositions photographiques !) nous propose le sujet de l’eau.

J’ai choisi de photographier l’eau en ébullition à travers les parois en verre de ma bouilloire.

Eau en ébullition

 

N’hésitez pas aller voir comment le sujet a été interprêté chez mes co-blogueurs !
A bowl of oranges, Agrippine, A’icha, Akaieric, Akromax, Alban, Alexinparis, Alice Wonderland, Angélique, Anne, Arwen, Ava, Bestofava, BiGBuGS, Blogoth67, Calamonique, Cara, Carnet d’escapades, Carnets d’images, Caro from London , Caro JulesetMoa, Carole In Australia, Caroline, Caterine, Cath la Cigale, Cathy, Cekoline, Céline in Paris, Champagne, Chat bleu, Cherrybee, Chloé, Christeav, Christelle, Christophe, Claire’s Blog, Coco, Cocosophie, Cricriyom from Paris, Dame Skarlette, DelphineF, Djoul, Dr. CaSo, E, El Padawan, Emma, Eurydice, Fanfan Raccoon, Ferdy Pain D’épice , Filamots, flechebleu, François le Niçois, Frédéric, Galinette, Gilsoub, Giselle 43, Gizeh, Guillaume, Happy Us, Hibiscus, Homeos-tasie, Hypeandcie, Isa ToutSimplement, Isaquarel, J’adore j’adhère, Josiane, Julie, Karoll art, Karrijini, Kob, Krn, La Fille de l’Air, La Flaneuse, La Messine, La Nantaise, La Papotte, La Parigina, La voyageuse comtoise, Lau* des montagnes, Laulinea, Laure, Laurent Nicolas, Lavandine, L’Azimutée, Les bonheurs d’Anne & Alex, Les voyages de Lucy, Les voyages de Seth et Lise, Leviacarmina, LisaDeParis, Louiki, Louisianne, Lucile et Rod, Lyonelk, M, M.C.O, magda627, Mamysoren, Marmotte, Mclw, Meyilo, Mimireliton, Morgane Byloos Photography, N, Nicky, Nie, Ori, Petite Cuillère Charentaises, Photo Tuto, Pilisi, Raphaël, Renepaulhenry, scarolles-and-co , Sephiraph, Sinuaisons, Solveig, Stephane08, Tambour Major, Testinaute, Thalie, The Mouse, The Parisienne, Thib, Tuxana, Un jour, une vie, Une niçoise, Violette, Viviane, Wolverine, Xavier Mohr, Xoliv’, Zaza.

Thèmes précédents :

2011
1. Juin : Clé2. Juillet : Fenêtre3. Août: Soleil4. Septembre : Promenons-nous dans les bois5. Octobre : Surnaturel6. Novembre : Au bout bout du monde7. Décembre : Bancs publics

2012
8. Janvier : Bulles9. Février : Mon rêve …10. Mars : Glace11. Avril : En travaux11. Mai : L’escalier12. Juin : Transparence13. Juillet : La vie en vert14. Août : Oh, my god!15. Septembre : Jeux de mains16. Octobre : Bienvenue chez moi !17. Novembre : Mon blog en une photo18. Décembre : Détail

2013
19. Janvier : Degré20. Février : Bleu21. Mars : Savoir22. Avril : Noir et blanc

Le mot de la semaine : « inflyttningsfest »

Ces derniers onze (!!!) mois, mon blog a survécu presque uniquement grâce aux postes mensuels de la rédac’ et de la photo du mois, qui ont ainsi permit de le maintenir plus ou moins en vie.

La raison de la pauvre production de texte en est que d’importants changement ont surgi dans ma vie. Pour faire une histoire longue courte, je me suis séparée et j’ai déménagé. Cela épuise pas mal et l’inspiration en a pris un coup, pour ne pas parler du manque de temps dû au déménagement en lui-même. Mais je me sens maintenant mieux que jamais et les doigts me démangent de nouveau. 🙂

 

J’ai déménagé dans mon nouvel appartement il y a exactement un mois et hier, c’était la pendaison de crémaillère = « inflyttningsfest » en suédois.

On peut décomposer le mot ainsi: « in-flytt-ning-s-fest ». Le verbe « att flytta » [ate fluta] veut dire bouger, déménager. « Att flytta in » signifie emménager (« in » = dans ; « flytta ut » = déménager). En déplaçant « in— » devant la racine « flytt », et en rajoutant le suffixe « —ning », on forme le substantif « inflyttning » = emménagement. On raccroche ensuite le mot « fest » (dont j’avais parlé en septembre 2008 …) à l’aide d’un —s— de liaison, et on obtient enfin le mot « inflyttningsfest » qui est donc l’équivalent de pendaison de crémaillère. Il se décline de la même manière que le mot « fest » :

 

en inflyttningsfest [ène in(e)flutningsfèste] = une pendaison de crémaillère

inflyttningsfesten [in(e)flutningsfèstène] = la pendaison de crémaillère

inflyttningsfester [in(e)flutningsfèstère] = des pendaisons de crémaillère

inflyttningsfesterna [in(e)flutningsfèstèrna] = les pendaisons de crémaillère

 

Parallèlement au silence presque total du blog, j’avais perdu le plaisir de faire la cuisine. J’étais en couple, mais je vivais seule, et faire la cuisine pour moi toute seule, et manger toute seule, était devenu terirblement ennuyeux. Mais depuis que j’ai emménagé dans mon petit chez moi, l’appétit est — finalement et heureusement ! — revenu. Même si je vis seule et mange le plus souvent seule, j’ai repris plaisir à me mettre aux fourneaux. Vous imaginez donc aisément que ce fut un réel plaisir pour moi de passer une douzaine d’heures, réparties sur deux jours, à préparer le buffet pour la pendaison de la crémaillère ! Ce fut d’autant plus agréable que tous les plats furent très appréciés par les nombreux invités ! Un pur bonheur ! 🙂

Pendaison de crémaillère

Sur la table, il y avait du salé et du sucré. Du côté salé : des roulés de saumon au fromage frais, œufs de lump et aneth, une tarte au chèvre, bacon et pruneaux, une pizza à la sauce tomate, oignon et anchois, trois sortes de petits pains et du fromage frais au Västerbotten. Du côté sucré : un bavarois framboise-chocolat blanc, un gâteau aux marrons (qui a fait un tabac chez les grands comme chez les petits !), un cheesecake aux fruits de la passion et des gâteaux à la rhubarbe.

Il y avait aussi trois sortes de mini-canelés (vanille, orange et café) que j’avais commandé chez mon amie Sophie. Étant donné qu’elle experte dans le domaine, je n’ai aucunement l’ambition de concurrencer son savoir-faire et je soutiens plus que volontiers sa petite entreprise. C’est pourquoi j’en profite pour lui faire un peu de pub ici : si vous habitez dans la région de Stockholm, n’hésitez pas à visiter son site et à lui passer une petite commande ! 🙂

J’espère que ce poste est un signe certain que le blog sort de sa torpeur et que vous, mes fidèles lecteurs, n’avaient pas perdu patience pendant cette longue traversée du désert. À la semaine prochaine, pour un nouveau mot ! 🙂

 

Version en suédois ici

Veckans ord: ”pendaison de crémaillère”

Min blog har sedan elva (!!!) månader tillbaka i stort sett överlevt tack vare de månatliga inläggen under rubrikerna ”La rédac’ du mois” och ”La photo du mois”, som man kan säga har fungerat som någon sorts livsuppehållande åtgärd.

Ganska stora förändringar i mitt liv är förklaringen till den låga textproduktionen. För att sammanfatta det kort har jag separerat och flyttat isär. Det tar på krafterna och tär på inspirationen, för att inte tala om tidsbristen under själva flytten. Men nu mår jag bättre än någonsin och det börjar klia i fingrarna igen. 🙂

 

Jag flyttade i min lägenhet för exakt en månad sedan och igår hade jag inflyttningsfest. På franska heter det ”pendaison de crémaillère”. Ett uttryck som kräver sin lilla förklaring.

Det verkar som att det franska uttrycket går tillbaka till medeltiden. När man hade byggt färdigt ett hus var det kutym att bjuda hem dem som hade hjälpt till med bygget. På medeltiden brukade man laga mat i den öppna spisen. En gryta hängdes i en grytkrok = ”une crémaillère”; denna kroken var det sista man installerade i huset och den blev en symbol för inflyttningen.

Idag är det inte så vanligt längre med öppna spisar i moderna lägenheter eller hus; man lagar inte mat över öppen eld i alla fall. Men uttrycket är kvar och när man vill fira den nya bostaden säger man då på franska att man ”pend la crémaillère” = hänger grytkroken. ”La pendaison” = hängning är substantivet som härrör från verbet ”pendre”.

 

Sedan ungefär lika länge (om inte längre…) som bloggen låg nere hade jag tappat intresse i att laga mat. Jag var i en relation, men levde ändå ensam, och tyckte att det var oerhört tråkigt att laga mat bara för mig själv och äta ensam. Men sedan jag har flyttat till mitt eget lilla hem har matlusten kommit tillbaka — glädjande nog! Även om jag bor själv och äter ofta ensam är det kul igen att stå vid spisen. Så ni kan tänka er vilket nöje det var för mig att spendera ett dussin timmar, fördelade på två dagar, att förbereda buffén till inflyttningsfesten! Desto roligare var det när de många gästerna uppskattade maten mer än nog! Rena njutningen för min del! 🙂

Inflyttningsfest

På bordet stod det både salta och söta rätter. På den salta sidan: laxsnurror med philadelphiaost, löjrom och dill, en getostpaj med bacon och katrinplommon, en pizza med tomatsås, stekt lök, oliver och sardeller, tre sorters kuvertbröd och färskost med Västerbottensost. På den söta sidan: en hallon- och vit chokladmoussetårta, en kastanjekrämkaka (som gjorde stor succé både hos vuxna och barn!), en cheesecake med passionsfrukt och rabarberrutor.

Det fanns även tre sorters mini-caneléer (vanilj, apelsin och kaffe) som jag beställde hos min vän Sophie. Hon är så duktig på att baka dem att jag inte har någon ambition att konkurrera med henne i det området. Dessutom stödjer mer än gärna hennes verksamhet. Därför gör jag lite reklam åt henne här: om ni bor i Stockholmområdet får ni gärna besöka hennes hemsida och lämna era beställningar! 🙂

 

Jag hoppas verkligen att detta inlägg är ett säkert tecken på att bloggen återupplivats och att ni, mina trogna läsare, inte tappat tålamodet under min långa inspirationstorka. Vi hörs nästa vecka, med ett nytt ord! 🙂

 

Fransk version här